Groupement international des Secrétaires Généraux des Universités Francophones
Vol.2 No.1 Février 2009

 

Dans ce numéro :
Mot du président - Report du colloque 2009 à Abidjan
Compte-rendu de la dernière réunion du conseil d'administration
Nouvelles des membres
SG en vedette : Toto Jérôme Balou Bi
SG en vedette : Henri Awitt
Nouvelles des universités
Nouvelles de l'AUF
Événements à venir

Mot du président
Report du colloque 2009 à Abidjan

C'est avec plaisir que je vous fait parvenir ce deuxième numéro du bulletin électronique GISGUF en bref. Nous avons reçu plusieurs commentaires positifs à la suite de l'envoi du premier numéro. Je vous rappelle que ce bulletin devrait paraître deux fois par année, normalement quelques semaines après chaque réunion du conseil d'administration. Vous serez donc informés des dossiers traités par le conseil, ainsi que tout autre sujet que vous voudrez bien soumettre au rédacteur en chef Sébastien Langevin pour le bénéfice de vos collègues!

Lors de la dernière réunion du conseil, nous avons décidé de reporter le colloque prévu initialement du 28 avril au 2 mai à Abidjan, en Côte d'Ivoire. La crise économique et financière actuelle touche la plupart des pays et universités représentés au GISGUF, et nous tenons à ce que le prochain colloque puisse être un succès autant par la qualité des ateliers offerts que par le nombre de participants. Nous croyons donc qu'il sera plus opportun de tenir le colloque lorsque l'économie se portera mieux, vraisemblablement au début de l'année 2010. Nous vous tiendrons au courant des discussions du conseil à ce sujet.

En terminant, je profite de cette tribune exceptionnelle pour vous souhaiter, malgré le ralentissement économique, une merveilleuse année 2009!
Bonne lecture!

Michel Quimper, président du GISGUF

Compte-rendu de la dernière réunion du conseil d'administration

Le Conseil d'administration du GISGUF a tenu une réunion à Nancy, en France, le vendredi 28 novembre 2008. Sur la photo : M. Stéphane Berthet, M. Toto Jérôme Balou Bi, Mme Monique Ronzeau, Mme Magdalena Miatello, Mme Colette Liot, M. Luc Ziegler, M. Mohamed Jaouadi, M. Henri Awitt, M. Michel Quimper, M. François Paquis et M. Normand Trudel. La présidente sortante, Mme Monique Ronzeau, inspectrice générale de l'administration de l'Education nationale et de la recherche (France), et Mme Colette Liot, secrétaire générale de l’Université d’Evry de 1990 à 1998 (France), ont été invitées à participer à cette réunion. L'organisation du colloque 2009 était le principal point à l'ordre du jour. Les préparatifs du colloque, plus particulièrement les programmes pour les participants et les accompagnateurs, allaient bon train. Le projet de séminaire de deux jours sur la méthodologie de calcul du coûts des formation dans le cadre de la réforme LMD était également bien avancé. Ces travaux se poursuivront au cours des prochains mois.

Rappelons que M. Toto Jérôme Balou Bi est responsable de l'organisation du colloque. Il est appuyé dans sa tâche par M. Germain Adja-Diby, M. Inza Doumouya et Mme Marthe Atangana Abolo. M. Stéphane Berthet, M. Luc Ziegler, M. Henri Awit et M. Michel Quimper secondent M. Balou Bi dans l'élaboration du programme scientifique et M. Normand Trudel dans la préparation du budget.

Les membres du CA ont par ailleurs voté une motion de remerciement à Mme Nicole Michaud, du Secrétariat général de l'Université du Québec (Canada). Mme Michaud assure les tâches de secrétariat du GISGUF depuis plusieurs années. Les membres du conseil ont également offert un cadeau à Mme Michaud.

Nouvelles des membres

Mme Monique Raux, anciennement secrétaire générale du Conservatoire national des arts en métier de Paris, a été nommée le 1er janvier 2009 secrétaire générale de l'Académie de Paris chargée de l'enseignement scolaire. Elle succède à Mme Frédérique Cazajous, nommée inspectrice générale de l'administration de l'Éducation nationale et de la recherche.

Toujours en France, Mme Bernadette Petit, anciennement directrice du Centre régional des oeuvres universitaires et scolaires  de Paris, a été nommée également le 1er janvier 2009 secrétaire générale de l'Académie de Paris, chargée de l'enseignement supérieur. Elle succède à Mme Monique Ronzeau, maintenant inspectrice générale de l'administration de l'Éducation nationale et de la recherche.
suite >>


Nous leur offrons nos meilleurs voeux de succès dans la poursuite de leur carrière.

SG en vedette : Toto Jérôme Balou Bi

M. Toto Jérôme Balou Bi est secrétaire général de l'Université de Cocody (Côte d'Ivoire). Titulaire d'une maîtrise en physique de l' Université nationale de Côte d’Ivoire et d'un doctorat en physicochimie des matériaux de l'Université de Cocody/Université Montpellier 2 (France), Toto Jérôme Balou Bi a débuté sa carrière comme enseignant à l’Institut national de l’enseignement technique, puis à l’Institut national polytechnique Félix Houphuoet-Boigny de Yamoussoukro.

En 1997, il a accédé au poste de vice-doyen de l'Unité de formation et de recherche pour les Sciences des structures de la matière et de technologie à l'Université de Cocody. Finalement, Toto Jérôme Balou Bi est secrétaire général depuis 2002, et membre du conseil du GISGUF depuis 2003.

Depuis 1996, M. Balou Bi est correspondant permanent de la Fédération mondiale des travailleurs scientifiques, basée en France. Plus récemment, il est devenu président du Réseau africain des secrétaires généraux des universités francophones. Fervent défenseur des droits et libertés individuelles, il est également membre du conseil d'administration de l'Observatoire des droits et libertés en milieu universitaire, à l'Université de Cocody.

En décembre 2006, Toto Jérôme Balou Bi à reçu le grade d'Officier de l'Ordre du mérite de l'Éducation Nationale de la République de Côte d'Ivoire.

SG en vedette : Henri Awitt

M. Henri Awit, pendant longtemps secrétaire général de l'Université Saint-Joseph à Beyrouth (Liban), est maintenant vice-recteur aux affaires académiques à cette même université. Il occupe également les fonctions de professeur de lettres modernes et de traduction. Titulaire d'une maîtrise en linguistique et d'un doctorat en lettres arabes de l'Université Saint-Joseph, il a débuté sa carrière comme professeur de classes terminales dans des collèges secondaires de Beyrouth avant d'obtenir un poste de professeur à l'Université Saint-Joseph, en 1977.

Henri Awit a été nommé secrétaire général de l'université en 1982, poste qu'il a conservé jusqu'a sa plus récente nomination en 2008. Au cours des ans, il a également cumulé les fonctions de directeur des Services académiques, directeur de l'Institut universitaire de formation pour l'enseignement et l'encadrement, et doyen de la Faculté des sciences de l'éducation.

Président du GISGUF de 1997 à 2001, il a été nommé depuis membre du Conseil consultatif de la Fondation de la pensée arabe, membre du Conseil d'administration du Conseil de l'assurance qualité et de l'accréditation (relevant de l'Association des universités arabes), et, depuis quelques mois, président de la Commission nationale libanaise pour l'éducation, la science et la culture (relevant de l'Unesco). Il a publié maints ouvrages et articles en arabe et en français et donner de nombreuses conférences sur l'enseignement, l'histoire et la langue.

Henri Awit a été fait Officier dans l'Ordre des palmes académiques françaises en 1993, a été reçu Chevalier dans l'Ordre national du mérite de la République française en 2003, et a été décoré de la Médaille de l'Association des universités arabes en 2008.

Nouvelles des universités

Une nouvelle loi pour l'Université de Genève
En juin 2008, le projet de nouvelle Loi sur l'Université de Genève discuté au niveau politique au sein du parlement genevois a fait l'objet d'un rare consensus puisqu'il avait été approuvé par tous les partis politiques. Cependant, des opposants à ce projet, craignant une augmentation des taxes universitaires, la fermeture de certaines facultés et une précarisation des conditions de travail du personnel, ont lancé un référendum qui a abouti au début août. Ainsi, le 30 novembre dernier, le peuple genevois était invité à se rendre aux urnes pour notamment se prononcer sur cette nouvelle loi devenue aujourd'hui indispensable pour permettre à l'Université de Genève de faire face aux défis qui l'attendent en ce début de 21e siècle. Le résultat a été sans appel, puisque la nouvelle Loi sur l'Université a été acceptée par 72 % des votants genevois, "un signe de confiance de la population envers l'Université", comme l'a souligné le recteur Jean-Dominique Vassalli.

Cette loi est le résultat d'un processus de réforme souhaité par le Grand Conseil et le Conseil d'Etat (gouvernement genevois) pour répondre au besoin de modernisation du cadre législatif de l'Université. Ce nouveau cadre permettra de garantir la qualité de la formation pour les décennies à venir ainsi que la place de l'Université de Genève dans le développement du paysage des hautes écoles suisses. Mais modernisation n'est pas synonyme de privatisation ni de transformation de l'Université en une entreprise comme une autre. La nouvelle loi définit l'Université comme une institution plus autonome qu'elle ne l'est aujourd'hui, une institution qui devra prendre ses responsabilités et rendre des comptes, ce qu'elle ne faisait que dans une moindre mesure jusqu'à maintenant, pâtissant d'une législation obsolète. Elle instaure aussi un dialogue plus intense entre le pouvoir politique et le pouvoir académique. Ce dialogue, comme les organes de contrôle prévus dans la loi, permettront de mieux répondre aux attentes de la société. En ce sens, la nouvelle loi garantit de manière fiable la vocation de service public de l'alma mater, un service public efficace et réactif visant à développer l'excellence de l'institution (enseignement et recherche) et à renforcer tant la démocratisation des études que l'égalité des chances. Quant au statut du personnel il ne changera pas par rapport à la situation actuelle et finalement le contrôle démocratique sur la fixation des taxes universitaires est préservé par ce nouveau cadre puisqu'il fera l'objet d'une loi séparée. La compétence de fixer le montant maximum des taxes universitaires appartiendra, comme aujourd'hui, au Grand Conseil, et non à l'Université.

Cette nouvelle loi devrait entrer en vigueur en début d'année 2009.

Nouvelles de l'AUF

Le GISGUF partenaire de l'AUF dans les procédures d'évaluation des universités francophones
Dans le cadre d'un mandat qui lui avait été confié par le gouvernement de la Banque Mondiale, l'AUF a mis en place entre juin 2007 et janvier 2008 une mission d'évaluation axée principalement sur la gouvernance universitaire dans les trois établissements du pays. Après deux missions préparatoires sur site, la mission principale d'évaluation s'est déroulée fin novembre 2007 placée sous la coordination scientifique d'un professeur d'université, M. Jacques Roland, le GISGUF étant représenté par Mme Monique Ronzeau.

Sa participation au groupe des évaluateurs a permis tout à la fois de faire « exister » le GISGUF dans le contexte de l'expertise de la gouvernance administrative et financière mais aussi, de contribuer au développement des institutions du Sud de façon concrète et adaptée aux réalités humaines et culturelles de leur propre environnement. L'exercice d'autoévaluation, mené en préambule, le large champ couvert par l'analyse des experts (organisation institutionnelle, vie académique, TICE, politique LMD, etc.) comme la méthodologie retenue (analyse avec forces et faiblesses, consultation des acteurs, 187 recommandations opérationnelles - procédures de suivi de la mise en ouvre) constituent d'ores et déjà une référence dans le programme ambitieux de l'AUF sur l'amélioration de la gouvernance universitaire dans les pays francophones. Le GISGUF est fier d'avoir pu participer à la place qui lui revient, à cette mission collective utile et ancrée dans la réalité.

Événements à venir

2009
  • Séminaire sur le calcul du coût des formations - Réforme LMD
    27 et 28 avril, Abidjan, Côte d'Ivoire - REPORTÉ
  • 17e colloque du GISGUF
    28 avril au 2 mai, Abidjan, Côte d'Ivoire- REPORTÉ
  • Réunion du CA du GISGUF
    12 mai, Parie, France

Groupement international des Secrétaires généraux des Universités Francophones
www.gisguf.org

Production : École de technologie supérieure, Montréal, Canada