Groupement international des Secrétaires Généraux des Universités Francophones
Vol.4 No.1 Janvier 2011

 

Dans ce numéro :
Mot du président
Compte-rendu de la dernière réunion du conseil d'administration
Retour sur le 17e colloque du GISGUF
Retour sur le séminaire de formation
Aide à Haïti
Colloque 2012 à Beyrouth
Nouvelles des membres
SG en vedette : Luc Ziegler
Nouvelles de l'AUF
Événements à venir

Mot du président

Chères et chers collègues,

Cette période de l'année est à la fois l'occasion de faire un rapide bilan sur l'année écoulée tout en se lançant dans de nouveaux projets.

Ainsi, 2010 aura été l'année «africaine» pour le GISGUF, avec le séminaire de formation et le colloque de Yaoundé. Tous, nous gardons en mémoire d'excellents souvenirs des rencontres et échanges fructueux que nous avons eus pendant cette semaine camerounaise. Je saisi cette occasion pour remercier encore une fois toutes celles et ceux qui, au Cameroun, ont œuvré pour ce succès, ainsi que l'Agence Universitaire de la Francophonie (AUF), l'Institut panafricain de gouvernance universitaire et les associations des secrétaires généraux du Canada, de France et de Suisse pour leur soutien dans l'organisation de ces deux événements.

Nous voici donc maintenant lancés sur les chemins de 2011 qui nous conduiront notamment à préparer le colloque et le séminaire de formation qui se tiendront à Beyrouth fin avril 2012. Si ces éléments constituent les piliers de notre groupement, le dynamisme de celui-ci dépend également de notre capacité à faciliter les échanges de manière plus régulière entre membres du GISGUF et cela hors du cadre de ces points de rencontres bi annuels.

Partager nos préoccupations, nos expériences, solliciter de l'aide pour tel ou tel problème, souhaiter de l'information sur telle ou telle pratique en matière de politiques universitaires par exemple doit pouvoir se réaliser à tout moment. Evidemment les associations nationales jouent très bien ce rôle, mais parfois il est intéressant d'avoir une vision qui va au-delà de son propre système. Essayons donc en 2011, d'accroitre cette dynamique.

En 2010, GISGUF s'est mis à disposition de l'AUF pour contribuer à l'effort de reconstruction du système universitaire haïtien auquel elle participe. Cependant, au niveau des grandes organisations internationales, se sont des projets relativement complexes à conduire. Ainsi les contacts directs que nous pouvons avoir avec nos collègues de Haïti sont à développer dans le cadre de la mission du GISGUF. J'ai d'ailleurs débuté des discussions avec l'Université d'Etat de Haïti et j'espère que notre groupement pourra apporter son aide à nos collègues de Haïti en 2011.

Pour terminer, permettez moi de vous présenter à toutes et à tous mes voeux les meilleurs pour 2011, en ayant une pensée toute particulière pour certains de nos collègues dont le pays traverse des périodes difficiles actuellement. Que cette nouvelle année vous apporte toute la réussite que vous en attendez.

Stéphane Berthet, président du GISGUF

Compte-rendu de la dernière réunion du conseil d'administration

Le Conseil d'administration du GISGUF a tenu une réunion à Montréal, Québec, les 4 et 5 novembre 2010. La situation financière du GISGUF à la suite du colloque 2010 et le thème du colloque 2012 étaient les principaux points à l'ordre du jour. M. Normand Trudel, secrétaire général de l'École de technologie supérieure à Montréal accueillait les membres du conseil d'administration dans son établissement.

Les membres du Conseil d'administration ont réitéré leurs remerciements aux organisateurs du séminaire et du colloque tenu à Yaoundé du 28 avril au 1er mai 2010 sous le thème L'Université en réseau et les nouveaux enjeux dans l'enseignement supérieur et de la recherche. Cette reconnaissance s'adressait particulièrement à Mme Marthe Isabelle Atangana-Abolo, secrétaire générale de l'Université de Dschang. La qualité des interventions et la chaleur de l'accueil ont grandement contribué au succès de l'événement.

M. Luc Ziegler, secrétaire général de l'Université Henri Poincaré, Nancy 1, et trésorier du GISGUF, a déposé son rapport sur la situation financière du GISGUF. Le solde en banque est de 6 500 €; il s'agit d'un écart de 17 000 € par rapport au solde au 31 mars 2010. Cet écart s'explique par le déficit du colloque (voir article plus bas sur le colloque), la cotisation qui n'a pas été perçue de l'AUF au cours des deux dernières années (2 400 €) et de différentes dépenses reliées entre autres au maintien du site Web (600 €). De plus, les participants paient habituellement leur contribution au GISGUF à même leur inscription au colloque. Étant donné le taux de participation en 2010, les sommes amassées ont été moindre que les colloques précédents. Le solde estimé avec la contribution de l'AUF (voir article plus bas sur le colloque) est donc estimé à 14 000 €.

Finalement, les membres du conseil ont également discuté de la possibilité pour les membres du GISGUF de suivre à leur frais les activités de formation offerte par l'Association des secrétaires généraux universitaires du Québec (ASGEU) et l'Association des secrétaires généraux d'universités françaises (ASG).

Sur la photo, assis : Mme Marthe Isabelle Atangana-Abolo, secrétaire générale de l'Université de Dschang (Cameroun), M. Stéphane Berthet, président du GISGUF et secrétaire général de l'Université de Genève (Suisse), M. Normand Trudel, secrétaire général de l'ÉTS (Québec), M. Michel Quimper, secrétaire général de l'Université du Québec de 1995 à 2009 et ancien président du GISGUF, et M. Fouad Maroun, secrétaire général de l'Université St-Joseph (Liban). Debout : M. François Paquis, secrétaire général de l'Université Paris Descartes (France), Mme Magdalena Miatello, secrétaire générale de l'Université Paris Dauphine (France), M. Luc Ziegler, secrétaire général de l'Université Henri Poincaré, Nancy 1 (France), et Mme Louise Jolicoeur, secrétaire générale de l'École Polytechnique de Montréal (Québec).

Retour sur le 17e colloque du GISGUF
Yaoundé 2010

Lors de la dernière réunion du conseil d'administration, Mme Marthe Isabelle Atangana-Abolo, secrétaire générale de l'Université de Dschang (Cameroun) et présidente du Comité local d'organisation du colloque 2010, a déposé son rapport sur l'organisation et le déroulement du colloque à Yaoundé. Malgré les courts délais pour la préparation, le colloque s'est déroulé sans incident et a reçu une couverture médiatique importante. Le comité organisateur a même reçu des félicitations du gouvernement camerounais. Au-delà de l'expérience positive vécue par les participants, tant au niveau du déroulement logistique que de la pertinence et la qualité des conférenciers, ce succès permettra de consolider la confiance envers le Cameroun et l'Afrique sub-saharienne pour l'organisation d'autres événements du genre.



Financièrement, le changement de ville et le court délai entre l'annonce du lieu définitif du colloque et sa tenue ont obligé le conseil d'administration à revoir à la baisse les sommes amassées avec les frais d'inscription. Comme les dépenses pour les locaux, l'hôtel, et l'organisation des diverses activités ont demeurés sensiblement les mêmes, le GISGUF a demandé une contribution de l'Agence universitaire de la Francophonie (AUF) pour la tenue du colloque 2010. Comme le colloque à Yaoundé a eu effet très positif pour le Cameroun et l'Afrique sub-saharienne, l'AUF serait effectivement disposé à offrir un montant supplémentaire de 15 000 € au GISGUF pour réduire le déficit du colloque à seulement 3 700 €.

Rappelons que le colloque était organisé par le Réseau africain des secrétaires généraux des universités francophones (RASGUF), avec en tête les universités et grandes écoles publiques du Cameroun, et le soutien de l’AUF, l’Institut panafricain de gouvernance universitaire et les associations des secrétaires généraux du Canada, de la France et de la Suisse.

Vous trouverez une synthèse complète ainsi que plusieurs des présentations du colloque et des photos sur le site Web du GISGUF, dans la section Colloques et formation.

Retour sur le séminaire de formation
Yaoundé 2010

M. Toto Jérôme Balou Bi, secrétaire général de l'Université de Cocody (Côte d'Ivoire) et président du RASGUF, a déposé son rapport sur l'organisation et le déroulement du séminaire de formation précédant le colloque.

Dix-neuf secrétaires généraux d'universités d'Afrique sub-saharienne ont participé au séminaire. Sous le thème Initiation à la méthodologie et aux modalités d'allocation des ressources dans un établissement d'enseignement supérieur- Application dans le cadre du LMD, le séminaire regroupait trois conférenciers de la France et du Québec.

Bien que fort instructif, le RASGUF aimerait que les séminaires à venir mettent également en vedette des secrétaires généraux africains à titre de conférenciers et formateurs. Les expériences universitaires tentées et vécues en Afrique peuvent également servir au secrétaires généraux d'autres pays et continents.

Aide à Haïti

En février 2010, l'AUF demandait au GISGUF de contribuer à l'effort de reconstruction du système d'enseignement supérieur haïtien. Le GISGUF a évidemment répondu par l'affirmative, soulignant qu'une telle action, serait pleinement en phase avec la mission du Groupement qui est d'entretenir une dynamique d'échanges et de transferts d'expériences et de compétence entre les secrétaires généraux d'universités francophones, en indiquant notamment que la contribution pouvait être diverse dans les domaines de la gestion et gouvernance des universités et aussi que le GISGUF était disposé à recevoir des collègues haïtiens lors du colloque 2010 à Yaoundé.
Lettre du GISGUF à l'AUF concertant l'aide à Haïti>>

M. Stéphane Berthet, président du GISGUF, a également participé aux Assises internationales pour la reconstruction du système universitaire haïtien, organisées par l’AUF avec l’appui de l’Université de Montréal les 25 et 26 mai.

En novembre, lors d'une réunion du Forum international des universités publiques (FIUP), M. Berthet s'est entretenu avec M. Wilson Laleau, vice-recteur aux affaires académiques de l'Université d'État d'Haïti. Depuis lors, MM. Berthet et Laleau ont eu des échanges concernant la mission et le rôle du GISGUF et également les actions que mène le Groupement et qui pourraient aider l'Université d'État d'Haïti.

L'Université d'État d'Haïti a presque totalement été détruite en janvier 2010 et une seule des facultés a résisté au séisme, qui a causé la mort de 300 des 20 000 étudiants.

Colloque 2012 à Beyrouth

Le conseil d'administration a choisi Beyrouth pour le tenue du 18e colloque du GISGUF. Ce sera donc un rendez-vous pour tous les secrétaires généraux francophones, au Liban, du 23 au 28 avril 2012. Le comité organisateur du colloque doit encore finaliser certains détails, mais le thème retenu est Le rôle de l'université dans les services à la collectivité et le développement durable. L'exemple des suites du conflit qu'a vécu le Liban, où les universités ont joué un rôle important dans plusieurs domaines, tels la santé, l'amélioration de la qualité de vie, les cellules d'urgence et le bénévolat, pourra servir entre autres au développement des sous-thèmes et au choix des conférences.

Le colloque sera précédé d'un séminaire de formation de deux jours.

Plus d'information sur le colloque et le séminaire seront transmises à tous les membres du GISGUF dans les prochains mois.

SG en vedette : Luc Ziegler

M. Luc Ziegler est titulaire d'un baccalauréat en philosophie et d'une maîtrise de droit public.

Directeur général des Services de l’Université Henri Poincaré, Nancy 1 depuis 2005, M. Ziegler a d'abord occupé divers postes dans des administrations régionales et scolaires avant d'être nommé chargé de mission au ministère des DOM-TOM (ministère de l'Outre-mer). En 1984, il devient conseiller à la Mission de coopération et d'action culturelle de Ouagadougou au Burkina Faso, et en 1988, il est fait chef de bureau, responsable des relations avec les pays développés à la Direction des affaires générales, internationales et de lacoopération du ministère de l’Éducation Nationale.

En 1990, il est nommé chef de bureau, responsable des relations multilatérales et il coordonne alors la présence et l'action du ministère de l’Éducation Nationale pour les réseaux de la francophonie, de l'UNESCO et de l'OCDE.

Père de 3 enfants, M. Ziegler a été secrétaire général de l'Université de technologie de Compiègne de 1992 à 2005.

Nouvelles de l'AUF

L’AUF admet 19 nouveaux établissements membres
Dix-neuf nouveaux établissements d'enseignement supérieur et de recherche ont été admis comme membres de l'AUF par le Conseil associatif à l'occasion de sa réunion du 12 décembre 2010, qui s'est déroulée à Paris sous la présidence de M. Yvon Fontaine, recteur de l'Université de Moncton (Canada) et président de l'AUF.

Avec ces neuf nouveaux établissements membres titulaires ainsi que ces dix nouveaux établissements membres associés, l'Agence universitaire de la Francophonie compte un total de 774 membres, répartis en 533 membres titulaires et 241 membres associés.
Suite>>

Bilan et perspectives : conférence de presse donnée par l'AUF au Sommet de Montreux (Suisse)
M. Bernard Cerquiglini et M. Yvon Fontaine, respectivement Recteur et Président de l'AUF, ont présenté le 20 octobre les nouveaux projets mis en place en réponse aux besoins identifiés par le Sommet des Chefs d'État de Québec en 2008.
Suite>>

Événements à venir

2011
  • Réunion du CA du GISGUF
    10 et 11 mars, Paris (France)
  • Les conseils d'administration et les nouveaux défis de la gouvernance
    Activité de perfectionnement de l'ASGEU ouverte aux membres du GISGUF
    10 juin, Université du Québec en Outaouais, Gatineau (Québec)
2012
  • 18e colloque du GISGUF
    23 au 28 avril, Beyrouth (Liban)

Groupement international des Secrétaires généraux des Universités Francophones
www.gisguf.org

Production : École de technologie supérieure, Montréal, Canada